LES HOMMES SOUFFRENT AUSSI DU TELETRAVAIL

Aujourd’hui, je souhaite écrire un article à contre-courant de ceux que l’on peut voir un peu partout. En particulier, je veux vous parler du fait que les Hommes souffrent eux aussi du télétravail.

On parle souvent des femmes et c’est vrai que ce sont elles les plus impactées par le télétravail. C’est un fait.

Mais je voudrais ici m’intéresser à ce que vivent aussi les Hommes depuis un peu plus d’un an maintenant.

Une enquête du Boston Consulting Group (BCG) réalisée avec l’Institut IPSOS sur 2002 personnes (50% de Femmes, 50% d’Hommes) a été présentée le 19 février 2021, quelques jours avant la Journée Internationale des droits de la Femme (8 mars 2021). Les chiffres publiés, relatant les difficultés et le mal-être des salariés et dirigeants, et en particulier ceux des Femmes ont largement été partagés dans les médias et en tant que Femme, cela m’interpelle évidemment.

Cependant, j’ai voulu creuser la question en épluchant ladite étude.

Ce que l’on connaît moins, ce sont les chiffres concernant les difficultés et le mal-être des Hommes, liés au télétravail.

Il faut savoir que :

  • 29% des Hommes ne disposent pas d’un espace isolé pour télétravailler (contre 38% pour les Femmes),
  • 19% des Hommes sont fréquemment interrompus pendant le télétravail _par les enfants, les tâches domestiques, les livraisons…_ (contre 28% pour les Femmes),
  • Environ 50% s’occupent autant des enfants que leur conjointe (encadrer le travail scolaire, accompagner/récupérer les enfants),
  • Environ 70% se chargent du bricolage,
  • Environ 50% sortent les poubelles.

Depuis la mise en place du télétravail, les Hommes travaillent plus et plus longtemps (les plages horaires sont de plus en plus extensibles), font de très courtes pauses déjeuner, voire pas du tout. Ils sont les parfaites cibles du « blurring » (effacement de la frontière entre la vie personnelle et la vie professionnelle). Ils connaissent également un épuisement mental et physique (sommeil perturbé, peu de temps de détente ou de repos, fatigue importante, manque d’énergie, les journées sont intenses et ça recommence chaque jour…). 50% des Hommes se déclarent anxieux (cela va d’une anxiété légère à une anxiété sévère) face à cette difficile conciliation des temps (contre 66% chez les Femmes).

Néanmoins, les Hommes sont moins touchés émotionnellement que les Femmes. Rien d’étonnant à cela, lorsqu’on sait que c’est difficile (impossible) pour un Homme d’avouer ses faiblesses, son mal-être, sa souffrance, de reconnaître avoir un problème, avoir besoin d‘aide et se faire accompagner. Quel aveu de faiblesse ! Car oui, depuis toujours, un Homme doit être fort, courageux, c’est lui le chef de famille, c’est lui qui porte les équipes vers la victoire, la réussite, c’est lui qui doit trouver les solutions aux problèmes, il sait (doit) s’en sortir seul, sinon il n’a aucun mérite…

Et pourtant, un Homme a autant besoin d’être aidé, accompagné, soutenu par les autres qu’une Femme.

Mais alors que faire ?

Je vous partage ici 7 conseils pour reprendre le contrôle de votre temps et de votre organisation et éviter le stress ou l’épuisement.

1) Bien définir vos temps personnel et professionnel et les partager avec vos proches ET vos collaborateurs. Personne ne peut deviner ce que vous avez en tête et ne connaît par cœur votre planning. Et vous y tenir. Car il est très facile de vous dire que vous pouvez bien continuer encore un peu ou finir puisque vous êtes à la maison, vous en avez juste pour 5 minutes (qui se transforment souvent en 30 min ou plus). Grave erreur ! Car vous n’aurez JAMAIS fini votre travail, vous trouverez toujours quelque chose à faire ou commencer, c’est un cercle vicieux et dangereux. Il faut couper court ! Dans le même esprit, conserver des horaires de travail fixes comme lorsque vous êtes au bureau et bien délimiter votre espace de travail.

2) Ne plus vous rendre esclave de votre téléphone, de votre messagerie ou de vos notifications. Toujours vous poser la question avant de répondre : « Si je ne réponds pas tout de suite, est-ce que c’est grave ? Quelles sont les conséquences (négatives) ? S’il y en a (c’est quand même rare), répondez, sinon cela peut bien attendre.

3) Eviter de blinder votre agenda sans prévoir de la souplesse, des temps de pause entre chaque tâche (dossiers, rendez-vous, réunions en visio, appel téléphonique). Le cerveau a besoin de pause avant de switcher sur une autre activité. Il s’agit également de faire face aux « petits grains de sable », ces fameux imprévus, qui arrivent tout le temps et vous mettent en difficultés ou dans le rouge.

4) Bien équilibrer vos temps de travail de fond (qui nécessite de la concentration) et les temps de réunion/appel téléphonique/rendez-vous. Gérer vos priorités (ce qui est important et/ou urgent). Déterminer votre biorythme (phase de concentration, phase de création, phase en communauté, phase de relâchement).

5) Essayer de faire court, simple et concis pour vos réunions, appels téléphoniques et rendez-vous. Annoncer la couleur d’entrée de jeu, c’est-à-dire préciser avant de démarrer la durée et rappeler l’ordre du jour (transmis quelques jours à l’avance). « Nous avons une heure de temps à passer ensemble (et pas plus), je vous propose d’aborder tels points, est-ce que cela vous convient ? ». Il y aura toujours des bavards, il faut rester maître du temps ou désigner un « gardien du temps », une personne que vous allez responsabiliser. Préciser s’il y aura un compte-rendu et qui le fait (idéalement impliquer une autre personne). Si vous n’êtes pas à l’initiative de la réunion, de l’appel téléphonique ou du rendez-vous, fixez les choses dès le début : « Nous sommes bien ensemble pour 1 heure, car je dois vous lisser à 15 heures précises… », « Nous allons bien aborder tels sujets ? ». Vous serez étonné de voir que les choses se passent bien mieux lorsque les règles du jeu sont précisées.

6) Prévoir des plages incompressibles de détente, ressourcement, repos obligatoire chaque jour et chaque semaine. Par exemple : aller courir tous les vendredis midi, faire une pause-café ou 30 min de marche tous les jours et totalement déconnecté (cela signifie sans appareil électronique : ni smartphone, ni tablette, ni ordinateur, sauf si vous voulez mettre de la musique).

7) S’obliger à prendre l’air tous les jours (marcher, aller acheter le pain, faire les courses…).

N’hésitez pas à vous faire accompagner si vous sentez que vous ne vous en sortez pas seul, il ne faut pas rester avec votre souffrance. Et même si l’ego peut en prendre un coup sur le moment, n’est-ce pas mieux que de faire un burn-out ?

ETES-VOUS SUR QUE VOS COLLABORATEURS N’ONT AUCUN SOUCI DE GESTION DU TEMPS ET D’ORGANISATION AU TRAVAIL ? LEUR AVEZ-VOUS POSE CLAIREMENT LA QUESTION ?

« Je pensais que mes collaborateurs n’avaient pas de problème pour bien gérer leur temps et s’organiser efficacement dans leur travail. J’ai été étonné d’apprendre que ce n’était pas le cas… ».

C’est le constant d’un de mes clients, qui a pris l’initiative d’interroger ses collaborateurs sur le sujet. Bien souvent d’extérieur, l’équipe a l’air d’aller bien, l’activité semble bien avancer, mais en creusant ce n’est pas toujours la réalité.

Il est alors nécessaire d’engager alors un processus de Coaching de groupe pour travailler collectivement sur ces problématiques. Avoir conscience ensemble d’avoir le(s) même(s) problème(s) apporte bien souvent un grand soulagement pour chacun : savoir qu’on n’est le(la) seul(e) à vivre cette situation, dont on n’ose pas parler ouvertement, est une petite libération en soi. Car on se dit que ça va s’arranger avec le temps, dans les prochaines semaines ou les prochains mois, sauf que le problème est plutôt dans la façon de faire et d’appréhender les choses.

1 à 2 jours en immersion et en petit groupe (7-8 personnes maxi), en présentiel et j’insiste là-dessus, pour travailler (à nouveau) ensemble est motivant, fédérateur, resserre des liens parfois distendus, débloque une communication parfois devenue difficile. Chacun partage ses expériences positives ou négatives, aussi bien les difficultés rencontrées que les réussites. Cela fait progresser les individus et améliore significativement leur quotidien. Au final, c’est extrêmement enrichissant à tous points de vue.

Je vous invite donc à questionner vos collaborateurs, vos équipes sur leur relation au temps et leur organisation actuelle. Et à revenir vers moi si vous ressentez le besoin d’être accompagné(s) sur ces sujets pour enfin retrouver de la sérénité dans votre collectif et individuellement, avoir une organisation au top et être de nouveau maître de votre temps.

#gestiondutemps #organisation #gestiondustress #coachingdegroupe #accompagnementdegroupe #coachingdequipe #serenite #equilibredevie #productivite #communicationapaisee

VAINCRE LA PROCRASTINATION !

PROCRASTINATION ? MAIS C’EST QUOI CE MOT BARBARE ?

Procrastination est un nom féminin, qui vient du latin « procrastinatio » qui veut dire ajournement et de « cras » qui veut dire demain.

La procrastination est la tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain (source Larousse).

Autre définition : Tendance à remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser. Synonymes : ajournement, atermoiement, délai, report, remise, temporisation (source Robert).

Mais d’où vient la procrastination ?

La procrastination est un mécanisme de défense qui se déclenche lorsque se présente un « danger potentiel ». Elle apparaît notamment dans 3 situations :

1) Elle peut être liée à un ensemble de peurs que vous avez en vous : peur de ne pas savoir vous exprimer correctement ou de bafouiller, peur d’être rejeté ou jugé, peur qu’on vous dise non, peur de la réaction de l’autre (colère, tristesse, mépris…).

2) Elle peut être liée à un manque de temps. Vous avez tellement de choses à faire que vous n’avez pas une minute pour effectuer cette action importante (mais vous avez le temps pour d’autres).

3) Elle peut être liée à un manque d’envie, d’intérêt ou encore de motivation pour l’action concernée.

De ce fait, vous ne passez pas à l’action, vous n’osez pas et restez paralysé, vous faites bloc, vous verrez plus tard… Et vous trouvez tout un tas d’excuses pour ne pas passer ce coup de fil important, aller voir ce supérieur hiérarchique ou ce collaborateur, faire une demande à votre père ou grand-père, relancer la communication suite à un différend, travailler sur ce fameux dossier, mettre à jour la comptabilité…

Aujourd’hui, c’est la Journée Mondiale de la procrastination.

Alors pour « fêter ça », je vous lance un DEFI !

Choisissez une action que vous repoussez depuis des jours, pour les raisons qui vous sont propres (peur, crainte, pas envie, pas le temps) et lancez-vous ! Attention, ne mettez pas la barre trop haute au risque de vous décourager avant même d’avoir commencé (technique du Kaizen ou des petits pas).

Vous verrez que ce n’est pas si difficile que ça et que cela ne peut vous apporter que du positif !

Si vous n’arrivez pas à vous lancer, faites un décompte « 5,4,3,2,1, go ! » et sans réfléchir appuyez sur le numéro de téléphone, levez-vous et allez voir la personne ciblée ou chercher le dossier à boucler.

Autre conseil. Posez-vous les 2 questions suivantes : « Qu’est-ce que j’ai à perdre si je ne le fais pas ? Qu’est-ce que j’ai à gagner si je le fais ? »

Une fois votre action réalisée, notez vos ressentis tout de suite après, ainsi que les résultats. Je suis certaine que vous n’en aurez retiré que du bon, je me trompe ?

Si cela peut vous donner du courage, alors je vous suis dans ce défi !

Mon défi du jour sera de contacter 3 grandes entreprises pour leur proposer mes services de Coaching en Gestion du temps et Organisation, moi, solo-entrepreneure et TPE !

Allez c’est parti !

>> Dès notre action réalisée, partageons nos ressentis et nos petites victoires !

#journeedelaprocrastination #motivation #organisation #objectifs #mindset #passeralaction

ETES-VOUS VICTIME DE « BLURRING » ?

Victime de « blurring » ?

Depuis que vous travaillez à la maison ou que vous êtes en télétravail :

  • Le matin, vous finissez votre café devant vos mails ?
  • Dans la journée, vous alternez rendez-vous médicaux, visite chez le coiffeur, courses ou gestion des enfants avec visio-conférences, calls ou dossiers de fond… ?
  • Il vous arrive d’être encore devant votre ordinateur à 20h, voire plus tard ?
  • Vous répondez au téléphone à tout moment ?
  • A la maison, vous travaillez plus qu’avant ?
  • Vos nuits sont courtes et vous vous sentez épuisée et perdue ?

Si vous avez répondu « oui » à l’une ou plusieurs de ces questions, il y a de forte chance que vous soyez atteinte de « blurring ».

Le « blurring » c’est quoi ?

C’est un nouveau terme qui désigne l’effacement de la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée. Toutes vos tâches et missions personnelles et professionnelles s’entremêlent au point de ne faire qu’un. Et c’est comme ça tous les jours !

Pour peu que cela glisse sur le week-end, il n’y a qu’un pas… à ne pas franchir !

STOP ! Il est temps de réagir !

Oui mais comment faire ?

Les mots d’ordre pour combattre le « blurring » sont : PLANIFIER, CLOISONNER, INFORMER.

1. PLANIFIER

Planifiez vos différentes tâches et missions dans votre journée et votre semaine. Ne « surbookez » pas non plus votre agenda au risque d’exploser. Prévoyez de la souplesse en les séparant de 15 à 30 minutes (pour les imprévus, les « fameux petits grains de sable »).

2. CLOISONNER

Identifiez bien les temps de travail, les temps persos et les temps de pause (et oui, le cerveau a besoin de repos et d’oxygénation pour être à son optimum). Essayez de ne pas trop mixer vos temps perso/pro dans la journée. Pensez à fixer une heure de début et de fin. Prévoyez vos activités sur maximum 90 minutes (au-delà le cerveau n’est plus du tout efficace).

3. INFORMER

Cela paraît idiot, mais il est indispensable d’informer votre entourage (proches, collaborateurs, clients) de vos horaires, de votre planning, des moments où vous avez besoin d’être seule au calme ou à l’inverse où vous êtes disponible et ouverte à la discussion, de vos temps dédiés au travail et à votre vie privée. C’est comme afficher vos « horaires d’ouverture ». Si vous le ne dites pas à votre entourage, personne ne pourra deviner votre fonctionnement et votre organisation et pensera que vous êtes disponible H24/7J. Mettez des limites claires et explicites pour les autres et pour vous-même (pour vous préserver).

Si vous avez du mal à mettre en place ces 3 conseils, ne restez pas seule et osez demander de l’aide. Une prise de recul, un point de vue différent est bien souvent nécessaire quand on ne sait plus par quel bout s’en sortir.

Réservez votre Séance découverte de 30 minutes pour en discuter ensemble.

6 Conseils pour rester zen et sereine durant le confinement (Et bannir l’angoisse) – 2ème vague

Zen et sereine durant le confinement

Ce deuxième confinement impacte psychologiquement des millions de personnes. Il faut néanmoins (autant que possible) rester zen et continuer votre chemin de vie coûte que coûte.

Découvrez 6 conseils pour ne pas vous laisser submerger par l’angoisse et aller de l’avant.

CONSEIL 1 : le + important en cas de crise

Quand vous sentez l’angoisse monter, faites 5 min de Cohérence cardiaque. Il s’agit d’inspirer 5 sec et d’expirer 5 sec durant 5 min. Voici 3 applications sur smartphone à avoir toujours sur soi : Respirelax+, CardioZen et Kardia.

CONSEIL 2

Restez focus sur vos objectifs et projets et adaptez si besoin. Prenez le temps de réfléchir à votre situation d’aujourd’hui : satisfaisante? Épanouissante ? Ajustez en conséquence. Les mots d’ordre sont adaptation, réflexion, résilience, ajustement mais toujours dans l’action.

CONSEIL 3

Entourez-vous des personnes positives, inspirantes, motivantes (famille, amis, mentors, communauté) et surtout ne restez pas de seule à ruminer, déprimer, procrastiner.

CONSEIL 4

Voyez cette période comme une possibilité de faire autre chose, de vous renouveler (formations, ouverture sur d’autres connaissances/cultures/perspectives/domaines, lecture, activités physiques ou artistiques…). Osez ce que vous n’avez jamais osé faire (dans la mesure des possibilités actuelles).

CONSEIL 5

Partagez des moments de complicité avec vos proches et faites des activités ludiques ensemble (sport, jeux, ciné « maison », bricolage…). Bougez, dansez, défoulez-vous !

CONSEIL 6

Riez un bon coup ! Indispensable pour votre moral ! Regardez une bonne comédie ou un humoriste, faites des blagues, faites des jeux de société, jouez avec votre chien ou votre chat, jouez avec vos enfants (petits ou grands), déguisez-vous, faites un karaoké…

Si vous sentez perdue et avez besoin d’aide, parlons-en. Ne restez pas seule !

Un peu de contrôle dans tout ce changement !

Un peu de contrôle dans tout ce changement !

 » La vie est un changement permanent et la seule chose qui ne change pas, c’est que tout change tout le temps ! « 

Dicton oriental

C’est un fait. Il faut s’habituer au changement. C’est comme le climat, vous faites bien avec, non ? Depuis la nuit des temps, l’Homme s’est adapté au changement d’époques, d’environnement, aux invasions et aux guerres, aux maladies (peste, choléra, grippe, cancer…), aux prédateurs, à l’évolution des espèces vivantes, des continents, du climat, des transports, du monde du travail, des relations interpersonnelles, aux nouvelles technologies…

Cette période est très particulière et vous vous efforcez de vivre avec cette situation inédite depuis le début de l’année. Elle est mouvante, changeante, inattendue, incertaine, dérangeante, inconfortable. Elle bouleverse profondément et irrémédiablement vos habitudes et vos façons de vivre.

C’est pourquoi il est vital de ramener un peu de contrôle et de perspectives dans votre vie.

Si vous ne pouvez changer le contexte actuel, vous pouvez en revanche changer votre manière de l’appréhender, de voir les choses, de gérer votre temps comme vous l’avez décidé et d’avoir votre propre organisation pour avancer malgré tout.

Car oui, il faut absolument continuer à vivre (certes différemment) et avancer malgré tout.

C’est pourquoi il est indispensable de faire un bilan de votre gestion du temps et de votre organisation au quotidien. Ce que vous avez décidé de faire de vos journées de 24h (en réalité 16h, si vous enlevez vos nuits), où et avec qui. Et comment vous allez faire en sorte d’atteindre vos objectifs, développer vos projets et réaliser vos rêves coûte que coûte.

C’est ce que je vous invite à faire dès aujourd’hui : ramener un peu de contrôle dans tout ce changement. C’est d’ailleurs ce que je propose à mes clientes, lors de mes accompagnements privés, avec la méthode HOPE. Un diagnostic, des solutions, un plan d’actions. Votre feuille de route pour les prochains mois.

Vous pouvez vous adapter (vous n’avez pas idée des ressources enfouies en vous et de votre force intérieure), vous pouvez avancer, progresser, réussir, vous épanouir si vous en avez vraiment envie, si vous êtes fermement décidée à changer ou à améliorer votre quotidien et si vous osez vous lancer. Vous seule êtes décisionnaire et maître de votre destin. Et ce quelque soit le contexte et votre environnement.

Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas seule sur ce chemin, nous avançons ensemble !

Pour faire le point et savoir par quoi commencer, réservez dès maintenant votre Séance découverte gratuite de 30 min.

Je ne vois pas d’issue à ma situation, j’ai du mal à me projeter dans l’avenir…

Aucune issue à la situation

Rien de bien étonnant étant donnés le contexte, les incertitudes de l’avenir, les interrogations et les remises en question que vous pouvez vivre en ce moment.

A tel point, que vous vous sentez paralysée, que vous restez bloquée et que vous n’envisagez plus rien de positif.

Pas de panique, il existe des solutions !

Vous pouvez commencer par le petit exercice qui suit.

Pour avoir les idées plus claires, suivez ces 3 conseils puissants :

  • Notez sur un carnet ou cahier tout ce que vous avez en tête, tout ce qui vous pèse, où vous en êtes. Ce que vous ne voulez plus dans votre vie. Ce que vous souhaitez par dessus tout. Cela participe à la décharge mentale.
  • Ensuite, formalisez vos rêves, vos projets, même les plus fous, tout ce dont vous avez envie et vous fait vibrer. Classez-les par thématique (vie personnelle, vie professionnelle ; famille, couple, santé, finances, habitat, voyage…).
  • Enfin, choisissez 2-3 projets qui vous tiennent particulièrement à cœur et planifiez-les, en prenant soin de les découper en petites étapes faciles à atteindre (afin d’éviter tout découragement ou abandon en court de route).

Si vous avez besoin d’aide pour clarifier tout cela, parlons-en ensemble.

Réservez vite votre Séance découverte gratuite de 30 min.

Comment éviter « la réunionite aigüe » et me réserver du temps pour avancer sereinement dans mes missions ?

Réunionite aigüe

Que ce soit en présentiel ou en distanciel, que ce soit dans les entreprises privées ou publiques, le rythme des réunions ou visio-conférences est juste impressionnant !

Certaines d’entre vous passent plus de la moitié de leur temps, voir presque tout leur temps en réunions ou visio-conférences : c’est beaucoup trop, c’est improductif au final pour vous, qui subissez cette cadence, voire épuisant, et de toute façon cela nuit à votre avancée dans vos tâches, vos activités ou vos missions.

Je sais de mon expérience de cadre, que toutes les réunions ne sont pas obligatoires : il y en a forcément certaines où votre présence n’est pas indispensable.

Vous êtes-vous déjà posé la question de ce qui se passerait si vous n’étiez pas présente à une ou deux réunions ? En dehors de celles que vous animez vous-même, quelles seraient les conséquences ? Et bien la plupart du temps, aucune !

D’ailleurs, avez-vous posé la question à votre hiérarchie, vos collaborateurs, vos clients ? Comment faites-vous si vous avez une urgence (finir une tâche ou une mission pour le soir-même, boucler un projet ou un dossier pour le lendemain…) ? Et que le seul moment de le faire, c’est pendant cette fameuse réunion « obligatoire » ? Ne vous êtes-vous jamais faite excuser ? Vous pouvez négocier ou choisir les réunions qui sont VRAIMENT importantes pour vous, pour votre activité ou encore pour vos collaborateurs, car vous devez aussi avancer sur vos « dossiers de fond », ce pour quoi vous avez été embauchée, tout en évitant d’être débordée et d’exploser.

Imaginez si vous étiez malade ou si vous deviez vous occuper d’un proche malade, si vous étiez en congés ou encore en déplacement, que se passerait-il pendant votre absence ? Les autres s’arrangeraient sans vous, vous feraient un retour des échanges et décisions prises, sans vous faire de reproches (dans le cas contraire ce ne sont pas des personnes bienveillantes). C’est exact, n’est-ce pas ? Et bien là c’est pareil, certaines réunions ne nécessitent peut-être pas votre présence systématiquement.

Il faut oser demander des précisions sur la nature de la réunion, négocier, se faire excuser si vous pensez sincèrement que vous allez perdre votre temps ou que votre plus-value n’est pas démontrée.

Pas facile, me direz-vous ? Il existe pourtant des méthodes et outils simples à utiliser pour oser le faire. On en parle ensemble ?

Je n’ai pas toujours été calme (Et oui !)

Chantal Baudoin 2005

Depuis 2 ans maintenant, je suis Coach en Gestion du stress, Gestion du temps et Organisation. J’accompagne les Femmes d’Affaires débordées pour les aider à retrouver Sérénité et Equilibre dans leurs vies personnelle et professionnelle avec la Méthode HOPE. Je les écoute, les accompagne, les apaise, leur donne des pistes de réflexion et des outils pour s’organiser dans leur quotidien et être plus épanouie.

Je les aide comment j’aurais voulu qu’on m’aide il y a une dizaine d’année…

On me définit bien souvent comme une personne calme, posée, zen, détendue, toujours de bonne humeur et souriante.

Mais cela n’a pas toujours été le cas.

Je me souviens quand j’ai démarré en tant qu’ingénieure en énergie (un monde d’hommes et un domaine très technique), j’avais une activité en dents de scie : des périodes calmes et des périodes de « rush » à en travailler le soir et le week-end, avec des déplacements à la semaine. J’arrivais tant bien que mal à gérer tout cela, avec plus ou moins de stress, avec quelques moments de crise.

Quand j’ai eu mon premier garçon, ça s’est gâté : assurer tous mes rôles de maman, de femme, de cadre, de maîtresse de maison est devenu du jour au lendemain très compliqué pour moi et j’ai vite commencé à perdre pied. Et lorsque j’ai été enceinte de mon 2ème garçon, là j’ai senti que ce n’était plus possible, j’ai dit STOP ! Je ne voulais plus être cette personne dépassée, débordée, épuisée, en crise permanente, perdue dans toutes les facettes de ma personnalité.

Alors j’ai cherché de l’aide ailleurs et j’ai pris de vraies bonnes décisions pour moi (et indirectement pour mes proches). J’ai mis un peu de temps, car à l’époque, personne ne m’avait dit quoi faire, comment faire et par quoi commencer. J’ai donc tâtonné pour me former à différentes méthodes, pour m’améliorer grâce au développement personnel, pour découvrir d’autres horizons et perspectives d’épanouissement. Et aujourd’hui, je suis fière d’avoir réussi à ne plus me laisser dépasser, déborder, stresser, j’ai une solide organisation, je contrôle mon temps, je prends énormément de recul face aux différentes situations, je lâche prise sans problème et je me détache émotionnellement beaucoup plus facilement (vis-à-vis du regard et du jugement des autres).  

C’est pourquoi je vous fais gagner du temps lors de mes accompagnements en gestion du stress, gestion du temps et organisation, avec les bonnes méthodes et les bons outils, sans passer par la case déprime, dépression, « petits maux corporels » ou burn-out.

Prenez donc rendez-vous avec moi sur mon calendrier pour une Séance découverte gratuite de 30 min, destinée à faire un premier diagnostic de votre situation personnelle :

N’attendez pas d’aller (trop) mal pour demander de l’aide.

Savez-vous vraiment vous libérer du temps rien que pour vous ?

Pause lecture du soir

La gestion du temps est très différente d’une personne à une autre selon ce que vous en faites et comment vous l’utilisez.

J’imagine que vous vous dites souvent : « je n’ai pas le temps », « je ne trouve pas le temps pour faire ceci ou cela », « je n’ai pas une minute à moi »… et pourtant… ce n’est qu’une question de priorités. Ce n’est qu’une gestion de VOS priorités.

Avez-vous pris le temps d’analyser ce qui est important pour vous, vital, en lien avec vos valeurs ?

Avez-vous pris le temps d’analyser  vos actions et tâches dans une journée ou une semaine ? Faites-le, c’est très intéressant et révélateur. Ce qui est fondamental, c’est d’identifier vos VOLEURS DE TEMPS (personnes, événements, actions, distractions…), vos « petits grains de sable ». Tout ce qui vous éloigne de vos objectifs du jour ou de la semaine. Et une fois identifiés, vous pourrez les écarter ou les supprimer.

Apprendre à mieux gérer son temps, cela signifie modifier votre organisation, garder de la souplesse pour les imprévus, trier et prioriser vos actions et tâches, savoir dire non ou négocier, déterminer ce qui est bon ou utile pour vous et ce qui ne l’est pas.

Par exemple, si vous le DECIDEZ, vous pouvez facilement vous libérer tous les soirs au moins 1 heure pour vous, quand les enfants dorment et que votre conjoint regarde sa série ou son film.

Ainsi, vous pouvez :

  • Suivre une formation ou regarder des vidéos dans votre domaine de prédilection (business, argent, développement personnel, informatique, réseaux sociaux, santé…),
  • Apprendre et vous instruire avec des livres dans ces mêmes domaines,
  • Faire une activité physique douce ou une activité artistique,
  • Ou tout simplement vous posez avec une boisson chaude ou fraîche en écoutant une musique apaisante.

Mais pour cela, encore faut-il que vous le décidiez, le planifiiez ET l’assumiez (vis-à-vis de vous et de vos proches).

Je vous donne quelques conseils pour vous réserver du temps pour vous :

  • CHOISISSEZ soigneusement les événements auxquels vous voulez participer (en présentiel ou distanciel), les actions que vous souhaitez lancer, les activités que vous voulez (aimez) faire,
  • PLANIFIEZ les longtemps à l’avance dans votre agenda ou calendrier (vos objectifs, vos tâches, vos RDV…),
  • INFORMEZ vos proches,
  • TENEZ vos engagements vis-à-vis de vous-même et ASSUMEZ vos choix.

N’oubliez pas d’avoir régulièrement des projets personnels ET professionnels, informez-vous, instruisez-vous et formez-vous constamment pour progresser encore et toujours, assurez-vous que vos proches vous soutiennent et entourez-vous de personnes qui vous tirent vers le haut (ce qui signifie choisir soigneusement vos relations), à défaut aller chercher du soutien ailleurs (réseaux, mentors, groupes…).

Vous aurez des résultats, c’est une certitude !

Si vous avez besoin d’aide pour éclaircir tout cela, prenons un moment pour en parler et faire un rapide bilan de votre situation : Séance découverte gratuite